Depuis sa création, le CERMES a toujours contribué à l’amélioration de la santé des populations par ses travaux. Originellement dédié à l’étude des méningites et à celle des bilharzioses, les thèmes de recherche du CERMES ont évolué vers méningites et paludisme depuis 2002, associés à l’étude des relations de ces maladies avec l’environnement et le climat initiée dès la fin de la décennie 1990-2000.

Conformément à son statut actuel, le CERMES est chargé des trois missions suivantes :

  • Recherche : « recherche fondamentale, appliquée et opérationnelle dans le domaine médical et sanitaire »
  • Santé publique : « l’appui aux institutions et services nationaux et éventuellement à tout autre Etat, pour tout ce qui concerne la biologie médicale et la santé publique ; l’expertise des risques et l’évaluation des programmes de lutte contre les endémies »
  • Formation : « des cadres sanitaires, nationaux et étrangers ».

En résumé, le cadre de ses missions générales, le CERMES doit :

  • être un Centre de Recherche au bénéfice des populations du Niger en informant de manière fiable les décideurs de santé publique grâce à la surveillance permanente et l’analyse des tendances et risques de ses matières de compétence en santé publique;
  • promouvoir la diffusion et l’utilisation des résultats de la recherche en vue de créer un cadre d’échange à tous les niveaux de la pyramide sanitaire;
  • être prêt, en toutes circonstances, à proposer soutien et solutions au MSP ou même de manière internationale lors de crises de santé;
  • être reconnu comme un Centre d’excellence pour ses recherches sur les maladies infectieuses, transmissibles et à potentiel épidémique, sa recherche en épidémiologie et en santé-climat-environnement, pour la formation de qualité des chercheurs et agents de laboratoires (valorisation du Centre de Formation Pierre Moussa), et, dans ce cadre, devenir un acteur important au sein du réseau nigérien des laboratoires de référence (RNLSP), du Réseau International des Instituts Pasteur (RIIP) et des centres de recherche internationaux;
  • rester, au travers de son expertise, un partenaire privilégié pour le MSP et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au niveau régional ;
  • rester une source de diffusion d’information de qualité dans le domaine de la santé humaine et des risques qui menacent la santé publique, y compris ceux de l’environnement.